Heishiro Katsura

Aller en bas

Heishiro Katsura

Message  Heishiro Katsura le Mar 10 Mar - 14:47

Histoire :

Partie 1 : Vivant…

D e mon vivant, j’avais déjà pas mal de reatsu ce qui me permettait de percevoir les esprits des défunts et les assister à rejoindre le ‘’ paradis ‘’. Jusque là, l’existence des shinigamis et des hollows m’étais inconnue, je vivais ma vie dans mon école, dans mon collège puis au lycée. Je passais mon temps seul, faut dire que les esprits qui me tournaient autours me prenaient déjà la tête, ce n’était pas pour rester avec les autres imbéciles. Jours après jours, je m’entrainais au kendo et à d’autres arts martiaux, mes seules distractions avec les livres. Pourquoi ? Bonne question, peut être que c’était mon destin ou d’autre conneries, peut être que j’aimais sa aussi. Enfin bref, j’étais reconnu comme l’un des meilleurs et ceux de mon club me respecter, tout en gardant la distance entre eux et moi. L’ermite n’avait pas d’amis, pas de copine, il était toujours seul donc personne ne venait trainer avec lui. Mais personne ne me connaissait vraiment. Tant pis, de toute façon ces gens ne m’intéressais pas non plus. C’est sûrement le début de ma vie qu’y fit de moi l’homme que je suis maintenant.
Mais un jour, un groupe de garçons, qui ‘n’aimaient pas ma tête ‘, décida que je devais payer. Payer quoi, eux même ne le savaient pas, toujours et-il qu’ils avaient vraiment envi de me détruire. L’un d’eux s’approcha de moi, c’était un vrai géant. Pas de l’intelligence évidement.

- Eh face de cake, ramène toi par là ! me dit-il de sa voix en pleine mue.
- T’as des jambes, si tu veux me parler, Vien toi-même… J’essayais d’être souvent diplomatique, mais parfois mes paroles dépassées ce que je voulais vraiment dire. En tout cas, cela fit bien rire les autres garçons, sauf le grand qui était rouge pivoine.
- Tu te souviens pas de moi j’imagine, non, tu me parlerais pas sur ce ton !
- Excuse-moi, mais je t’ai oublié, tu peux me rafraichir la mémoire ?
- Eikichi ! Je suis Eikichi Kuran ! Tu ne pas oublier le chef du clan qui règne ici !
- Il me semble que si, Eikichi… Apparemment, j’avais fait une boulette, car les rires se turent et le rouge du visage d’Eikichi passa au vert foncé. Le retour de Hulk, pensais-je.

Il s’approcha de moi à grandes enjambées, le poing en avant, l’air pas commode. J’en déduis donc qu’il tenait à m faire ravaler mes paroles, et avaler son poing. Dommage que lui non plus ne sache pas qui je suis. Il tenta un crochet de droit, que je n’eu aucun mal à esquiver, sous le regard ébahis de ses camarades. Sans perdre contenance, il envoya son pied au niveau de ma tête. Une fois encore, on me sous-estimer. Je l’attrapais au vol, et frappa avec mon coude sur sa cheville, qui était déjà pas mal enflée par les propos qu’on lui lançait pour l’encourager. Il s’écarta de moi, son visage déformé par la rage, et peut être par la douleur. Un de ses amis lui lança une barre en fer, là le combat devenait déloyal, mais dans ce cas, je devais l’imiter. Je cherchais du regard une arme comme la sienne, mais il en profita pour m’assener un coup dans le dos, qui me fit tomber au sol. Etourdis, je ne pus réagir et contrer le genou qui m’écrasa le nez. Je tombais plus loin, le visage ensanglanté, le piteux état de mon nez laissait penser qu’il était sans doute brisé. Mais après tous les combat que j’avais du livrer de ce genre, ce détail me laissais de marbre. Sous le pont où nous étions, il y avait quelques travaux de rénovations, quelque barres en ferrailles gisaient encore par terre. J’en saisis une pour me relever, et pris la position de la voix du sabre. L’autre eut un rictus, je ne savais pas s’il était heureux, ou qu’il trouvait quelque chose drôle. A vrai dire, je m’en fichais totalement, mais il poussa un cri de guerre qui me fit sursauter et il se jeta sur moi en courant comme un possédé. Ce qui prouvait encore une fois sa stupidité maladive. J’esquivais sa grossière attaque d’un pas sur le côté, puis frappais du plat de la barre à l’arrière du crane de mon adversaire, qui tomba lourdement. Un long râle s’ensuivit, puis un ordre, celui de m’attaquer tous en même temps. Aussitôt, ils sautèrent la balustrade, et coururent vers moi et leur boss, tel des chiens incapables de s’en sortirent seuls. Eux aussi, armés de ces barres. Il était 4 heures de l’après midi, et la pluie tombait sur nous. Mes cheveux tombaient sur mon front, et je quittais le cercle formais par les corps des garçons que je venais de battre, sans même avoir une autre raison que la survie. Je me retournais sur les corps gisant dans la boue qui se formait petit à petit.


Dernière édition par Heishiro Katsura le Jeu 19 Mar - 18:50, édité 6 fois
avatar
Heishiro Katsura
Chef des vizards

Nombre de messages : 18
Age : 25
Attaque : 67
Défense : 69
Vitesse : 74
Vie : 700/1000
Reiatsu : 900/1000
Date d'inscription : 25/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Heishiro Katsura

Message  Heishiro Katsura le Mar 10 Mar - 15:02

- J’espère que tu as retenu mon visage, mon nom tu ne le sauras pas, mais pense à ne plus me défier.

En douce, je préparais une sorte de sphère d’énergie de couleur bleue, une dans chaque main. Puis, j’en lançais autour de moi, j’utilisais toute ma force pour en créer autant que possible bien que je n’avais aucune chance de m’en tirer vivants. Aucune. Parmi les hollows, j’avais put faire quelques ‘’ mort ‘’, mais leurs nombre ne semblait pas diminuer pour autant. Soudain, un hollows titanesque arriva près de moi et m’envoya d’un coup de poing vers un mur. Les griffes qu’il avait sur ses mains me laissèrent à tous jamais des marques. Les marques d’un combat qui était peinent perdu. Sans savoir pourquoi, je me sentais à la fois triste et heureux, toutes mes douleurs s’étaient évanouies, comme par magie. Mais, je savais que c’en était fini de moi. Je voyais le mur s’approchait de moi, bien que se sois l’inverse. A l’instant de l’impact, je fermais les yeux. Et en quelques secondes, j’entendis les cris d’agonie de tous les hollows présent. Fini. Je percutais le mur qui s’effondra avec moi.


Deuxème partie : Mort...

Puis je me relevai, enfin, mon esprit se releva, mon corps quand à lui, gisait par terre, inerte et couvert de sang. J’étais donc mort, je ne voyais pas sa comme ça. Arrachant mon regard à la macabre scène, je me tournais vers l’endroit où se tenait les hollows. Il n’y avait plus rien, enfin presque. Un homme dans une tunique noir se tenait dans le ciel, un katana couvert de sang dans la main. Il sembla s’apercevoir de moi et descendit me rejoindre sur le sol, même si je ne le touchais plus. Je pris alors conscience des Shinigamis.

- Qui êtes vous ? Comment avait vous fait pour tous les tuer ? lui demandais-je.

- Je suis un shinigamis, tu n’en a jamais vu jusque là ?

- Un shinigamis...non jamais vu. Mais qu’êtes-vous ?

- Je dois tuer les monstres que tu as vu, cela s’appelle des hollows, les shinigamis ont pour rôles de les tuer, mais comment as-tu put en tuer ?

- J’utilise mon énergie pour matérialiser une sorte de boule, mais je n’ai jamais vu un katana comme le votre !

Il regarda son arme, l’air un peut gêner, je pouvais enfin distinguer un visage barbus, avec des yeux calme est un air déprimer. J’étais très en colère car il n’avait pas put sauver ma mère des griffes du hollows qui l’avait plongé dans le coma, et bientôt dans la mort, d’après les médecins qui chuchotés dans mon dos quand j’allais lui rendre visite. Mais je me sentais aussi responsable et, j’avais l’impression que mon père savait que c’était de ma faute, il ne me parlait plus comme avant. Je pensais que c’était dut au choc de perdre la femme qu’il aimait, mais le jour où il me frappa alors que je venais voir ma mère, me fit comprendre qu’il était fou de rage, contre moi.

- De votre faute, j’ai perdu ma mère, et mon père me déteste maintenant, car il sait que c’est ma faute !

-Désolé petit, rien ne pourra remplacer l’amour de tes parents, je le sais. Si je pouvais me donner la mort, je le ferais aussitôt.

Je le regardais, me sentant coupable, puis lui dit de ne pas mourir, car la vie est un cadeau trop précieux. Mais il dégaina son arme. De stupeur, je reculai d’un bond, même si j’étais mort, je ne m’en étais pas encore rendus vraiment compte. Mais au lieu de me trancher, il appliqua le kashira qui était au bout du pommeau. Un sceau étrange y était graver et il apparut en lettres de lumière sur mon front. Puis, mon corps rayonna encore plus et s’évapora.

Lorsque je repris conscience, j’étais dans une ruelle en terre autour de maison de fortune. La foule habillé d’haillons marchait et trainait dans la rue sans faire attention à moi. Hébété, je me disais que c’était sans doute le paradis, mais pour l’instant, sa semblait plutôt être l’enfer en dépit du soleil et du ciel bleu qui surplombait l’endroit où j’étais actuellement. Debout, je commençai à marcher vers dans la rue, sans savoir où j’allais. Au fil de ma déambulation, je demandais à ceux que je croisais où j’étais et l’on me répondit toujours le mot Rukongai sans me dire ce que c’était, je me disais que c’était donc le paradis car ici, tous les gens que je rencontrais me dirent qu’ils étaient décédés. Je me rendis vite compte que cet endroit était loin d’être le paradis que j’avais promis aux âmes que j’avais rencontrées de mon vivant. Ici, la pauvreté et la violence régnaient. On pouvait même…s’y faire tuer. Je n’y comprenais rien mais je dus me battre à nouveau, mais simplement pour de la nourriture et même simplement pour survivre. Les années d’entrainement au kendo ne furent pas vaines. En effet, je trouvai un katana par terre et m’en servit pour me défendre. Après quelques mois, je devins une terreur et je fus craint et donc laisser en paix. Tout ce que je demandais. Parfois, un ‘’ noble ‘’ shinigami passait par là et forçait les autres à se tenir à genoux grâce à sa pression spirituelle. Par quel prodigue, je n’en savais rien, mais je restais debout devant lui, même quand les autres étaient presque à bout de souffle, se trainant par terre. Ecœuré, il me faisait battre par ses hommes qui me lâchèrent comme un chien dans une ruelle boueuse. Revenu à moi, je me rendis compte que j’étais dépouillé, salle et exténuait. Mais personne n’avais prit mon arme. La foule eu beau essayer de l’arracher de mes mains, même endormit, je refusais d’ouvrir ma main d’un mini mètre. En me levant, j’avais prit quelques décisions, jusque là, j’étais trop occupé à survivre dans le nord du Rukongai. Ma première fut celle de devenir shinigami et de rendre le Rukongai plus agréable et aussi de faire passer un mauvais quart d’heure à ces enfoirés qui viennent ici juste pour profiter de leurs force et se moquer des âmes. La deuxième fut l’envi de détruire tous les hollows qui avaient ruinés mon existence. Ma décision était prise, je courais donc vers le Seireitei. Le cœur de la Soul Society. J’avais appris lors de mes excursions que les portes étaient gardées par des colosses, mais ce n’était pas vraiment un problème pour moi. Arrivé devant la porte, je m’adressai au cerbère qui m’empêchait de passer et de réaliser mon objectif. Lui expliquant que je voulais devenir un shinigami, le titan consentit à m’ouvrir la porte après un immense effort. Je le remerciais et lui dit adieux avant que la lourde porte ne retombe au sol, soulevant un nuage de poussière. Je n’étais encore jamais entré ici, j’eu donc quelques difficultés à trouver l’académie qui ferait de moi un shinigami. Avec mes vêtements en lambeaux et mon katana détérioré, j’avais l’air d’un ryoka mais tant pis. Je me fis des alliés chez les shinigamis qui réussirent à me faire entrer dans l’académie. Me faisant passer pour l’un de ces aristocrates pourris par l’argent. Durant quelques années, je m’entrainai au kido est au maniement de mon katana. J’appris alors avec stupeur qu’un katana avait un nom. Quand j’étais devenu un shinigami, une nouvelle arme m’était apparue, neuve. Elle était, d’après mes camarades, l’extension de mon corps né de mon reatsu. C’était une longue lame, plutôt belle est à la garde carrée et gravé. Elle se ranger dans un fourreau que j’accrochais sur mon dos par une ficelle rouge. Alors, après quelques années d’entrainement, des retours dans le monde réel pour affronter des pseudo-hollows, je parvins enfin à faire connaissance avec l’esprit de mon zenpaktoh. Ou plutôt les esprits car l’arme avait, en réveil, deux forme. L’une masculine, un katana long et droit. L’autre féminine, une longue faux terrifiante. J’étais assez impressionné par tout ce que je venais d’apprendre mais tant pis. Du moment que je devenais fort. C’est donc au bout de 7 printemps que je devins un shinigami. Commence alors pour moi une nouvelle vie au sein de cette organisation qui a pour but d’exterminer les hollows. Moi, je vais rapidement devenir capitaine et changer tout ce qui me déplait dans cet enfer qu’est le paradis.


Lorsque j’ai eu mon diplôme, on ne m’avait pas vraiment assigné à une division. J’en avais donc déduit qu’il fallait le faire sois même. Alors, accompagné de mon zenpaktoh, je commençais à arpenter les rues du Seireitei. Puis, je passais devant les portes du QG de la 13ém, celle du Commandant Abyon Maeda. Je me disais qu’un homme comme lui aurait peut être besoin des services d’un jeune shinigamis comme moi. Je poussais donc les battants de la porte et ne put réprimer un sursaut. L’endroit était comme dans mes rêves, c’était magnifique, serein…Un havre de paix comme je les aime et je sus à l’instant que ma place était ici. Je cherchais donc l’homme à la tête de cet empire qu’était la Soul Society et je le trouvai dans une petite maison au milieu du lac, complément ivre. Cela me surprit au début mais plus je faisais connaissance avec lui, moins j’étais surprit. Finalement, après un entrevu et un combat, j’entrais donc aux services de cet homme. Je devenais très vite de plus en plus fort, on me confiait des missions et l’on m’accordait sa confiance. Je devins donc le 3ém siège de la 13ém division du Gotei 13. Mon ambition n’avait pas changée pour autant. Je voulais toujours devenir capitaine et changer les choses. Pour l’instant, je pouvais massacrer du hollow à volonté. C’était déjà une chose. Puis, les combats se multiplièrent, de plus en plus difficiles mais qui me rendait à chaque fois plus fort qu’avant. Ce qui ne me tué pas me rendait plus fort. Ainsi, j’affronter plusieurs capitaines, des arankars et des membres d’une secte composée d’illuminés et qui pensait pouvoir instaurer une paix définitive en tuant tout le monde. Enfin bref, les combats que je dus livrer nous renteraient, moi et mon arme, plus fort qu’avant.


Un jour, alors que je me battais avec un capitaine, un shinigami affolé venu nous prévenir d’une chose. En réalité, le capitaine était le seul concerné mais il me demanda de le suivre et je m’exécutai. Ainsi, nous arrivâmes devant un immense portail où un autre capitaine, l’un des hommes qui me faisait le plus peur au monde depuis notre combat, expliquait que la guerre aux arankars était déclarée et que cela commençait tout de suite. Je partis donc à la rencontre de mon capitaine et nous partîmes dans le Hueco Mundo. Ce que j’y vis, je ne pourrais jamais l’oublier. Un désert blanc, où la mort était passée des millions, non, des milliards de fois. Le sable qui tapissait ce monde n’était pas comme celui qu’on trouve à la plage, il n’est pas doux ou brillant. On dirait même que le sable veut vous avaler, et vous garder dans ses entrailles pour l’éternité. Je ne pouvais pas retenir un frisson, frisson qui n’échappa pas à mon capitaine qui tenta de me rassurer. La force est importante, mais l’expérience l’était encore plus d’après lui. Je mis beaucoup de temps avant de comprendre ce qu’il voulait dire. Puis, tous les deux, nous quittèrent le groupe, et commençâmes à partir vers une direction. En marchant, je me sentais épié de partout, un nœud dans la gorge et dans l’estomac. J’étais terrifié par cet endroit. Je ne me doutais pas une seconde qu’ici allait se passer un dénouement majeur dans ma vie.

Soudain, plusieurs reatsu se firent ressentir, une pression immense, digne des capitaines du Gotei 13. Non loin, des sortes de déchirures noires apparurent dans la nuit du Hueco Mundo. De ces brèches, je vis s’échapper deux silhouettes, habillé en blanc, un katana au côté et un masque brisé sur le visage. Un arankar. Des hollows qui avaient brisés leurs masques, en échange d’un katana de shinigamis. Des chimères absurdes alliant le bien et le mal dans un corps, dévoué aux meurtres. A peine eurent-t-ils quitter totalement les portails, qu’ils apparurent devant nous, à la vitesse du son, un sonido. L’équivalent du shumpo des shinigamis. Les deux hommes arrivèrent devant nous, avec un air détendu, négligé. Assez en tout cas, pour blesser l’ego démesuré des shinigamis. Les arankars nous regardèrent comme des moins que rien, limite provocation. Mon capitaine n’avait pas un calme olympien car il dégaina aussitôt son katana, ceux qui fit beaucoup rire les aberrations que sont les arankars. Je me sentis forcé de dégainer à mon tour mon long zenpaktoh. Si je me ne trompais pas, le combat serait très rude, du moins pour moi. Soudain, l’un d’eux prit la parole, une voix arrogante.


Dernière édition par Heishiro Katsura le Sam 14 Mar - 23:02, édité 3 fois
avatar
Heishiro Katsura
Chef des vizards

Nombre de messages : 18
Age : 25
Attaque : 67
Défense : 69
Vitesse : 74
Vie : 700/1000
Reiatsu : 900/1000
Date d'inscription : 25/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Heishiro Katsura

Message  Heishiro Katsura le Mar 10 Mar - 15:06

- Vous allez tous les deux mourir ici, shinigamis !!!!

- Ce sera vos corps que l’on trouvera ici, taillés en pièces, arankar…
répondit mon capitaine qui montrait les crocs.

L e combat était donc commencer, même si mon capitaine avait une chance de gagner face à eux, un troisième siège n’en avait aucune. Et lorsque je vit mon adversaire se jeter sur moi, comme un fou, je ne put m’empêcher de penser à cet abrutit d’Eikichi, que j’avais battu il ya longtemps. De ma lame, je déviais un coup de poing puissant, puis, je profitais qu’il récupère l’équilibre, pour assener un coup vertical avec mon zenpaktoh. Mais le hiéro était plus dure que prévu, et ma lame n’entama même pas la chaire. A nouveau, l’autre pouffa, malsain. Mon capitaine s’était un peut éloigner pour combattre mais nous pouvions nous voire mutuellement, et je lus sur son visage, une rage et une envi de meurtre que je n’avais encore vu nulle part. Mais je n’avais pas le temps de le regarder ce battre, quitter mon adversaire des yeux l’espace d’une seconde pouvait me couter la vie. D’ailleurs, mon adversaire me donna son nom, sous prétexte que ses ennemis doivent connaitre le nom de son tueur. Nomura Sejin, mais je ne lui fis pas l’honneur de me donner le mien. Cela l’irrita un peut, mais il dit aussitôt que le nom d’un cadavre n’ai pas important. Fidele à moi-même, je ne relevais pas l’insulte, et poursuivit notre combat. Il tenta un coup de genoux, je fis un salto en arrière. Nous jouâmes alors au shumpo contre sonido, sans porter un coup, nous nous déplacions aussi vite que possible, devant, derrière ou à côté de l’autre. Prouvant qui était le plus rapide. Finalement, notre jeu prit fin lorsque je portai un coup d’épée sur son crâne. Il ne put esquiver totalement, et une mèche de ses longs cheveux glissa à terre, coupée nette. Il s’empourpra immédiatement, et m’assaillit de coup de poing, que j’évités tout d’abord, mais dont je ne pus contrer tous les coups. L’un d’eux me toucha à l’épaule, et le temps que je me remette du choc, il m’avait touché trois fois de suite. Il reprit son souffle, et j’en profitais pour me servir de son crane afin de passer derrière lui.

- Libère toi des enfers, Akuma Jigoku ! dis-je alors.

Ma lame brilla de noire, mon corps s’enveloppa de reatsu noir et mon arme s’allongea. Elle se courba un peut, et se transforma en une faux effrayante. Ma phrase de libération dite, mon shikai était activé et ma puissance multipliée. Les deux mains dessue, je donnais un coup vers le bas, comme la faucheuse lorsqu’elle prendrait l’âme de ses victimes. Sejin eut juste le temps de faire un pas pour éviter que ma lame goute à sa chaire. Il était vert de rage, lui aussi, vraiment, tout ce que je devais combattre étaient-ils des incarnations du célèbres Hulk ? Il saisit la garde son katana, et le sortit prestement. Son reatsu gonfla, j’en déduisais qu’il allait m’imiter.

- Mata, tiene bosque ! (tue le, ours des forêts ! En espagnole.) cria-t-il.

S a peau se couvrit de fourrure, il grandit et grossit jusqu'à atteindre 3 mètres de haut pour plus de 500 kilogrammes de muscles puissant. Des griffes à ses mains, des crocs dans sa bouche, il ressemblait à un grizzli, couvert d’un masque en os. Presque aussi effrayant que moi, presque…Son poing faisait la taille de mon torse, et la vitesse à laquelle il frappa était étonnante. Le titan m’envoya dans le décor d’un coup de poing aussi rapide que puissant. Si je ne tenais pas ma faux devant moi, il m’aurait écrasé et détruit toute la cage thoracique. Me tuant par la même occasion. Les cinq griffes sur ses pattes, me laissèrent une légère empreinte. Je me relevais parmi les décombres, et, attaqua d’ici.

- Negre fletxes…Puissance maximale…

Je concentrais mon reatsu dans la lame même, puis, j’envoyai un coup dans le vide qui projeta 10 piques de 50 centimètres sur mon adversaire. Suivant le reatsu, ces flèches étaient inévitables. Ainsi, cinq d’entres elles allèrent se figer dans la peau du monstres, les autres furent détruites par ces griffes. Son râle attira l’attention de son camarade, et mon capitaine profita de cela pour le frapper lui-même. Je distinguais vaguement un clin d’œil avant qu’il ne replonge son regard dans le combat acharné qu’il livrait. Sejin, quand à lui, était à nouveau prêt au combat. J’avais lu un jour, qu’un ours atteignait 56 km/ h. Celui que j’avais devant moi, était à plus 70 km/ h. Etrangement, un sourire se dessina sur mes lèvres, cela faisait longtemps que je n’avais pas eu un adversaire de ce niveau. Mais, tapit au fond de moi, la peur de la mort subsistait. L’ursus arctos arrivait à mon niveau, de la bave dégoulinant sur son menton. Il disparut alors aussi sec. Je laissais un cri de stupeur s’échappait, que s’était-il passait me demandais-je bien sûr. La réponse fut presque immédiate. Un bus me percuta. Une demi-tonne de muscles me frappèrent. J’eu donc le sentiment qu’un bus venait de me rentrait dedans. Plusieurs mètres plus loin, je m’étalais, tel un vieux chiffon, ou bien une marionnette à qui on a coupé les fils. Je saignais un peut du visage, et mon bras était dans une position dans laquelle il n’aurait jamais dut être, pour ne rien risquer. Je pris le bandeau que j’avais sur le front et le mit là où j’étais ouvert, pour contenir l’hémorragie. Faisait appel à mon arme comme canne, je me relevais, un peut sonner. Je me mis tout de suite en garde, prêt au combat, je frissonnais de plaisir à l’idée de ce qui allait se passer plus tard. Mais attendre d’être attaqué serait stupide, et je bondis en shumpo sur mon adversaire, il eut l’air surpris de me voir devant lui, car il n’eut pas le temps de contrer une attaque simple qui lui entailla la peau. Mais mon arme était faite pour qu’on ne voie pas le sang qui serrait dessue. A peine une goute de sang coula avant que Sejin ne réagissent en tenta un coup de pied latéral. Je bloquais le coup avec mon avant bras, mais le choc fut rude à nouveau et je m’envolais plus loin. Mais l’homme-ours n’attendit pas une seconde et fit un sonido juste derrière moi, afin de me frapper avec ses avant bras, vers le sol. Il était bien plus rapide que moi, même en shikai…Je percutais encore une fois le sol, je devenais vraiment très proche avec lui. Presque lassant de finir toujours par terre. Je me relevais, sous le choc, je commençais à voir trouble, mauvais signe sa. Mais laissait tomber était hors de question, je posais ma lame par terre, je retenais la faux par la chaîne à son bout. Je tirais un coup sec, et la fit tourner devant moi, comme un ventilateur géant.

- Itim na Bagyo, le souffle tranchant…dis-je tout bas.

M a lame s’entoura de reatsu noir, se mélangea avec l’atmosphère, puis une bourrasque digne des plus grandes tempête, quitta mon zenpaktoh. Le vent était rendu, grâce à mon reatsu, aussi tranchant que des lames de rasoirs. Itim na Bagyo n’est pas une attaque à prendre à la légère. Une erreur à mettre sur le compte de Sejin, qui ne se donna même pas la peine d’éviter l’attaque. Le souffle l’atteignit, et en quelques secondes, il eut la sensation d’être coupé partout à la fois. Quand je pus voir à nouveau mon adversaire, il était couvert de sang, mais encore en état de combattre. Et visiblement en rage, car sitôt après il chargea à une vitesse hallucinante. Affaiblit et fatigué, il serait très difficile d’esquiver.

- [color=orange] Negru de perete ! [/colo]articulais-je en traçant un carré de 4 mètres de côtés.

Une sorte de mur, semblable à la muraille de Chine, en plus petit, apparu. La couleur noire du rempart contrastait violement avec le blanc blafard du sable sur lequel deux d’entre nous allaient mourir. L’astre de la nuit était désormais au dessue de nous, juge impartiale qui observe le monde depuis son trône que personne ne volera. Dans le Hueco Mundo, l’arankar ours venait de percuter le mur dans un fracas épouvantable. Jusqu’à la dernière seconde, personne ne savait ce qui tiendrait debout à la fin. Qui du mur ou de l’ours serait le plus résistant ? Le destin semblait vouloir se jouer des protagonistes, il fissura le mur, et fit saigner l’arankar, en même temps. Mais Il se décida enfin, et le mur explosa en morceau. Non loin de là, un combat non moins sanglant opposé mon capitaine à un autre type que je ne connaissais pas, mais mon capitaine semblait avoir le dessus, car il n’était même pas en bankai, la libération sacrée. Le stade ultime des shinigamis. Un état où la force est parfois dix fois plus important, mais qui prend au moins 50 ans pour l’apprendre. Sejin et moi étions très fatigués, mais je l’étais beaucoup plus que lui. Toutes les techniques que j’utilisais me pompaient du reatsu, et malheureusement, je n’en ai pas une quantité infinie. L’ours se releva, son reatsu imposant tourbillonnait autour de lui comme un mini-cyclone. Il fulminait, quand un vent souffla sur nous, les relents de sang me montèrent au nez et m’agressèrent les narines. Nous étions tous les deux poisseux de sang, et Sejin attaqua à nouveau en courant. Face à moi, je voyais un ours haut de trois mètres me fonçait dessus, et je fis une chose des plus stupide au monde : je fis la même chose. Faux en avant, je courais droit sur lui. Tous les deux, avions mit tout notre reatsu et notre force dans cette attaque. L’assaut final qui déterminait l’issue de ce combat. Mon reatsu était noir, le sien jaune. Ils flottaient dans nos dos, à l’affut de l’ennemi. Nous crions pour nous donner du courage, car nous savions que l’un de nous mourra dans les minutes qui venaient. Mais à présent, la peur qui était au fond de moi était à son apogée. Puis, le choc. Je n’en avais jamais connu de tel. A vrai dire, j’ai l’impression qu’encore maintenant je le ressens dans tout mon corps. Et les cicatrices de ce combat sont encore visibles sur ma nuque et sur mon dos. Car lorsque nous nous sommes touchés lors de l’impacte, ma faux tomba au sol, presque brisée. Moi, j’avais deux crocs dans la nuque, et dix griffes dans le dos. C’en était fini de moi, à nouveau, je mourrais. Je ne tarderais pas à me changer en particules spirituelles qui iront dans la Soul Society, comme les autres qui sont mort avant moi.

Je pensais ma fin arrivé, mais encore une fois, le Destin avait d’autres plans pour moi. Mon adversaire laissa choir mon corps dans le sable. Baignant dans mon propre sang, ma faux près de moi semblait m’insulter, me dire que j’étais faible ou d’autres choses du genre. Sur le dos, je ne voyais que le ciel devant moi, et ces étoiles qui brillaient, j’entrepris de les compter une à une, mais j’entendis quelque chose. Tout d’abord loin, puis tout proche. Je ne comprenais pas ce qu’elle disait au début, puis, quand la voix fut enfin compréhensible, je sus que ma vie était définitivement changée.
avatar
Heishiro Katsura
Chef des vizards

Nombre de messages : 18
Age : 25
Attaque : 67
Défense : 69
Vitesse : 74
Vie : 700/1000
Reiatsu : 900/1000
Date d'inscription : 25/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Heishiro Katsura

Message  Heishiro Katsura le Sam 14 Mar - 23:05

- Lève-toi ! Lève-toi ou je prendrais ton corps…m’intima la voix, une voix d’homme mais au timbre maléfique.

Tout était dans ma tête, je sentais que si je pensais à une phrase, l’autre m’entendrait.

- Je ne peux pas, je vais mourir là. Il est trop fort tu comprends ?

J e ne savais pas à qui je parlais, mais c’était comme si la réponse n’avait pas d’importance pour le moment. Il se passa un temps, et la voix me parla à nouveau, avec un ton euphorique cette fois, mais tout aussi inquiétant.

- Je t’avais prévenu, Katsura, maintenant, c’est à moi de jouer !! hurla-t-il avant de partir dans un fou rire incontrôlable.

A lors, toujours étendu sur le dos, incapable de voir ce qui se passait plus loin, je vis une chose blanche avançait vers mon visage, et formait quelque chose. Puis, je me trouvais dans un autre monde. Au début, je ne savais pas où j’étais, mais je reconnu le monde de l’esprit de mon zenpaktoh, une grotte immense face à une mer déchainée. Mais pourquoi étais-je là ? Je n’en avais pas la moindre idée, mais l’âme de mon arme n’était pas là, étrange…Puis, je m’approchais de l’eau, et j’y vis mon reflet, mais il était en noir et blanc, autre chose d’étrange. Puis, je parlais, enfin c’était mon reflet qui parlait, alors que je n’avais pas ouvert la bouche.

- C’est moi Katsura, maintenant c’est moi qui domine ici ! Et je vais devenir le meilleur !
- Mais qui est tu ?!
- Je n’ai pas de nom…haha !
- Alors tu es quoi ?
- Toi, ou plutôt, le hollow qui est en toi !
- Faux, je ne suis pas un hollow, mais un shinigamis ! Dit moi la vérité !
- Crois moi ou pas, mais désormais c’est moi le chef.


Le reflet quitta l’eau et apparu face à moi. Il était vraiment identique, mais en noir et blanc. Je remarquais qu’il tenait Akuma Jigoku, blanche, ce qui me surprit encore plus, c’est que mon arme était dans ma main. Notre dialogue m’avait paru étrange, parler à son sosie était une expérience que je n’avais jamais eu à livrer.

Au Hueco Mundo, je ne le savais pas encore, mais mon hollow intérieur avait prit le contrôle du combat et de mon corps, et battait sans problème Sejin, qui se demandait d’où sortait le masque blanc, noir et rouge. Et aussi, d’où je, enfin, il, sortait cette force. Dans le monde de mon zenpaktoh, j’avais attaqué mon hollows, mais il se jouait de moi. Esquivant mes attaques comme s’il les prédisait à l’avance, et s’amusant à frapper dés que ma garde était baissée, il semblait connaître mes points faibles sur les bouts des doigts. Nos faux s’entrechoquaient à chaque instant, le son résonant dans la grotte, puis était emportait par les vagues et le vent qui se levait, et était de plus en plus fort.

- Tu ne gagneras pas, Katsura…C’est moi le plus fort, ton corps m’appartient, sache-le !
- Jamais, tu m’entends ? Jamais je ne te laisserais !
- Pauvre idiot ! Fait ce que tu veux, l’issue de ce combat est toute trouvée…
- Exacte, je vais gagner et te tuer !


Je frappais fort, cela surprit suffisamment mon ennemis pour le déstabiliser et exécuter une autre attaque. Ce combat acharné semblait sans fin, c’était comme si le temps n’était plus le même dans cette univers. Mon esprit occupé et tourmenté, je ne fis pas attention à l’attaque qui faillit me trancher le bras à hauteur d’épaule. Puis, il s’acharna exécutât une série d’attaques rapides et puissante. Je subissais les attaques, seulement capable de me défendre en reculant. Je remerciais le kendo qui m’avait permis sa. Alors que mon moi négatif étais hilare, j’en profitais pour le balayer. J’échouais lamentablement et il m’infligea une nouvelle blessure au bras droits. Mon combat contre Sejin avait été très éprouvant, j’étais à bout, ma vue se troublait de plus en plus, mes bras tremblés autant que mes genoux. Mais mon adversaire ne semblait pas être fatigué, au contraire, il jouait avec moi, un grand sourire sur les lèvres. Je n’avais jamais vu une telle expression sur mon visage, c’étais assez bizarres. Peut être même que c’était drôle. Puis, mon adversaire prit la chaîne de la faux, et la fit tourner au dessus de lui comme s’il avait envi de s’envoler. Et il s’avança doucement vers moi, j’aurais dut fuir mais pourtant, je ne bougeais pas d’un cil. Et ce qui devait arriver arriva. Le revers de la faux me percuta en pleine mâchoire, je tombais aussitôt, une douleur cuisante dans la bouche. Allongé par terre, contre la paroi de la grotte. La faux sur l’épaule, il se rapprocha de moi, fière de lui et de sa victoire. Devant moi, il souria encore plus quand il vit mon visage ensanglanté.

- J’ai gagné Katsura, maintenant, avoue ta défaite !
- Je crois que tu ne me connais pas tant que sa…


A lors qu’il affichait un regard interrogateur, tout près de moi, prêt à porter le coup final, le miséricordieux. Mais il me sous-estimer vraiment, j’utilisais mes dernières forces, et je plongeais mon arme dans la peau de mon adversaire. Il ouvrit grand les yeux, presque comiquement. La faux lui avait transpercé de par en par son ventre. Le rouge contrastait avec le blanc de sa tunique, ses yeux noirs me fixaient curieusement, comme si j’étais une bête étonnante. Je l’avais battu, mais j’étais fatigué. Le corps de mon hollow intérieur changea de couleur, le noir partit depuis la plaie et parcouru tout le corps avant de disparaitre.

- C’est moi le patron ici !
- Alors…je vais te prêter ma force, jusqu'à ce que je prenne ta place à nouveau…


I l s’évanouît alors, et l’âme de mon zenpaktoh apparut à sa place, la femme me regardait elle aussi, dans le fond de mes yeux, puis me sourit et je me retrouvai à nouveau dans le Hueco Mundo, sur le sable blanc pâle. Un masque blanc tomba à mes pieds, et se brisa. Mon adversaire était mort, mais mon capitaine avait observé toute la scène car il avait déjà battu son ennemi. Et ma transformation en hollow n’était pas passé inaperçue. Mon capitaine avait fait appel aux autres shinigamis, qui m’encerclaient et m’observer comme un bête de foire.

- Katsura Heishiro, vous êtes considérer dès maintenant comme un traitre et un sujet dangereux. Nous avons put constater la puissance du hollow qui est en vous et la Soul Society à décider de vous bannir de-suite, puis de vous tuer. C’est mon capitaine qui avait parlé, sa voix ne trahissait aucuns sentiments, et les autres shinigamis avaient déjà leurs armes dégainées, prêt à me tuer.
- Je vois…mais je ne veux pas mourir, et je garderais la vie même si je dois tous vous tuer ici et maintenant.
- Vous confirmez les dires, nous devons vous abattre !


Ace moment, j’étais vraiment dans de sal draps. Sans autre forme de jugement, j’étais l’ennemi de mes alliés d’il y a quelques heures. Dépité, dégouté et énerver…Voila ce que j’étais à ce moment, je ne pensais pas que les shinigamis agiraient de cette façon face à un des leurs, même si désormais j’étais rien de moins qu’un vizard. Tout comme l’espada, un shinigamis aux pouvoirs de hollows. En une seconde, les shinigamis présent m’attaquèrent. En une demi-seconde, mon masque de hollow était sur mon visage. En trois minutes, j’avais battu mes adversaires. Et il fallait que je prenne la fuite, pour ne plus jamais revenir. Quitter à tout jamais, l’endroit où j’avais passé le plus de temps dans ma vie. Mais comment quitter ce lieu ? Mon passage pouvait-il marcher ? Je sortis mon sabre, et procédais aux manipulations pour ouvrir un portail. Par chance, il s’ouvrit, et me permit de rejoindre le monde réel. Etre radié des shinigamis n’était pas si mal, de toute façon, je n’avais jamais étais d’accord avec leurs principes. Maintenant, c’est moi qui faisais ma propre loi. Après un adieu muet, je partis dans le monde des humains, où une nouvelle vie allait commencer. Bien que maintenant, les shinigamis et les arankar veuillent ma peau, je me sentais libre comme l’air, et bien plus puissant qu’un shinigamis…Ma première action, quittait ma tunique de shinigamis ? Non, j’aimais assez ces vêtements, même si je fis quelques modifications. Alors, dans la nuit du Japon, je me mis à arpenter les rues, comme un vagabond, sans but précis, mais à l’affut des mes ennemis. Le premier vizard était né. Tant de nouveaux sentiments…c’était incroyable !



Zenpaktoh :

Akuma Jigoku : Heishirō prononce la phrase : '' Libère-toi des enfers, Akuma Jigoku !’’ ( démon de l'enfer ) Et son arme grandit, le fourreau disparait est une faux impressionnante prend la place du katana. Sa couleur rouge et noire permet de cacher la présence de sang sur la lame, chose qui arrive fréquemment. Cette longue arme de 1m 60, est terminé par une chaîne noire est sinistre de 50 centimètres. C’est aussi le lien qui unit le zenpaktoh à Heishirō. Le garçon se bat aussi au corps à corps, il maitrise donc le Hakuda, art ancestral qui lui permet d’être aussi fort à mains nues qu’avec son arme. Le type d’élément que maîtrise Akuma Jigoku est les ténèbres
avatar
Heishiro Katsura
Chef des vizards

Nombre de messages : 18
Age : 25
Attaque : 67
Défense : 69
Vitesse : 74
Vie : 700/1000
Reiatsu : 900/1000
Date d'inscription : 25/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heishiro Katsura

Message  Shinzo Yamagami le Sam 14 Mar - 23:56

Description générale : Bonne description malgré quelques termes inadaptée, le reste est pas mal

Description Physique : Une petite faute de "est" qui c'est transformer en "et" mais le reste est bien, bon vocabulaire, et tournure de phrase.

Histoire: Dès le début tu parle de ta blessure face a un hollow, je n'aime pas trop cela, sa fait comme si tu les connaissaient alors que a cette période ce n'est pas le cas.
Cette histoire de combattre les hollows en forme humaine est aussi assez étrange, logiquement tu ne peut même pas espérer survivre sans le moindre pouvoir ...
De plus tu fait passer ton personnage pour une priorité a yeux des hollows, même si je pense que cela est peut probable.

Pour le reste sa me va il n'y a rien de trop problématique (et j'ai la flemme de résumé)

Pour ma part je te donne le rang de chef des vizard, de limite. Fais de bon Rp pour ne pas perdre ton rang.

Bienvenue a la tête des vizards.

_________________


Stats libérations en spoiler.
Spoiler:
Shikai :

Att: 78
Déf: 85
Vit: 100

Bankai:

Att: 88
Déf: 95
Vit: 175

Masque:

att: 88
déf: 95
vit: 175
avatar
Shinzo Yamagami
Chef du Hueco Mundo / Fondateur

Nombre de messages : 70
Age : 27
Attaque : 68
Défense : 75
Vitesse : 65
Vie : 700/1000
Reiatsu : 900/1000
Date d'inscription : 16/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://vivebleach-rebirth.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Heishiro Katsura

Message  Heishiro Katsura le Lun 16 Mar - 17:10

Je ne sais pas ce qu'il s'est passé mais ma présentation est toute mélangée...Desolé mais avec le forum qui beug chez moi, je n'arrive pas à remettre dans l'ordre.
avatar
Heishiro Katsura
Chef des vizards

Nombre de messages : 18
Age : 25
Attaque : 67
Défense : 69
Vitesse : 74
Vie : 700/1000
Reiatsu : 900/1000
Date d'inscription : 25/02/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Heishiro Katsura

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum